chronique du livre labyrinthes de Franck Thilliez paru chez Fleuve Noir

09 août 2022 - 103 vues
Télécharger le podcast

Que n'a t-on tenté d'écrire pour décrire, décortiquer, expliquer, comprendre, dupliquer ou encore réparer ou soigner la mémoire. Ben oui, ce qui est constitutif de l'être, ce qui va le distinguer de l'Autre en se souvenant de ce qu'il ou elle a vécu, ce qui la touche, l'interpelle, que cela soit aujourd'hui ou il y a une dizaine d'années. Alors quand cette mémoire fait défaut, ce n'est pas trop gênant quand il s'agit des courses de la veille , cela l'est un peu plus quand on ne sait pas ce que l'on fait avec un cadavre à ses côtés. le décor est planté pour Labyrinthes, le nouveau thriller de Franck Thilliez paru chez Fleuve Noir.
Le docteur Fibonacci, psychiatre de son état, doit répondre aux questions pressantes de Camille Nijinski, de la police, qui lui a amené une jeune femme trouvée armée d'un tisonnier , qui a probablement servi pour façonner le visage d'une victime. Mais il se trouve que la suspecte ne se rappelle de strictement rien de ce qui s'est passé. Une amnésie soudaine , profonde et ciblée car le docteur Fibonacci va confier à l'inspectrice le récit relatée par l'étrange protagoniste, avec plusieurs personnages : la journaliste, la psychiatre, la romancière, la kidnappée et une cinquième qui aura un rôle libératoire pour cette histoire alambiquée et bien sanglante.
Alors il faut bien l'avouer tout de go : cette édition Thilliez 2022 n'est vraiment pas la meilleure. Cet opus se veut le troisième volet des romans autour de la mémoire de l'auteur des Hauts de France, après le manuscrit inachevé et il était deux fois, avec des personnages et contexte différents. Après un début prometteur, le récit à plusieurs entrées s'enlise quelque peu , peine à embarquer le lecteur sur un rythme plus élevé. Franck Thilliez croise différentes influences comme Shutter Island pour la folie autour du souvenir mais aussi à la série Orphan Black même si dans celle-ci , il n'est pas question d'amnésie. Je n'en dirai pas plus. Il manque un peu de fluidité dans le récit. Même si le titre est "labyrinthes", ce thriller demande une acuité certaine pour ne pas s'égarer. Une autre faiblesse de ce roman est la difficulté du lecteur à s'attacher au personnage. Certes, ils ne se découvrent que piano piano. MaIs cela nuit à l'empathie que l'on pourrait avoir . A Franck Thilliez de rebondir pour sortir d'une zone de confort , explorer un nouveau thème et sortir du labyrinthe "peut mieux faire"