chronique du livre nous voulons tous être sauvés de Daniele Mencarelli

06 juin 2022 - 201 vues
Télécharger le podcast

Péter un câble, un boulard, les plombs, déconnecter, taper une crise, perdre la boule, péter une durite, elles sont nombreuses les expressions plus ou moins familières pour tenter de décrire ce moment où, pour une raison que vous pouvez ignorer, vous perdez ce qui semble être la raison, vous sortez de vos gonds et vous entrez dans le monde de la folie, de l'inentendable pour le commun des mortels. Celui-ci se sent dépourvu pour vous faire redescendre, pour faire retrouver l'attitude acceptable en société. il fait alors appel aux services de la médecine psychiatrique qui peuvent mobiliser l'hospitalisation sans consentement, terrain romanesque de Daniele Mencatelli dans "Nous voulons tous être sauvés", traduit par Nathalie Bauer et publié aux éditions Globe.
1994 Daniele a 20 ans et un jour il pète les plombs. Camé, il dévaste l'appartement de ses parents qui ne voient que comme solution de l'hospitaliser sans son consentement. le voici obligé de se soumettre aux soins et à la vie en collectivité dans une unité coupée des autres. Il va partager pendant une semaine le quotidien d'Alessandro, Gianluca, Giorgio, "Bonne dame" et Mario. Rencontrer les psys chaque jour, composer avec les humeurs des infirmiers, espérer de la visite bienveillante, comment vont se passer ces sept jours et est-ce que Daniele va prendre conscience de ce qui lui a traversé la tête pour arriver ici?
Daniele Mencarelli livre ici un récit romanesque ç travers cette semaine où Daniele,(tiens tiens, même prénom que l'auteur) est interné de force après son pétage de plombs. Et là un monde nouveau , une organisation complètement inconnue se fait jour pour lui. En moins de 200 pages, la plongée est totale pour le lecteur. L'auteur ne cherche pas à livrer un portrait apocalyptique de la psychiatrie même si les infirmiers prennent cher de par leurs comportements. Daniele ne vire pas non plus dans la caricature du fou. Il montre comment ce monde peut être le nôtre au détour d'un problème psy. Ce qui ensuite pose forcément la question de la qualification de la folie. Par des mots simples, sans figure de style , "nous voulons tous être sauvés" réussit le pari du roman sur la folie sans cliché mais avec la question de la prise en charge de ces patients qui veulent tous se sauver.